Le Noir est ma Couleur, 1 : Le pari, Olivier Gay

Présentation. Normalement, Alexandre, le bad boy du lycée, n’aurait jamais prêté attention à Manon, l’intello du premier rang. Pourtant, à la suite d’un pari, il a décidé de la séduire.

Normalement, Manon n’aurait jamais toléré qu’Alexandre vole à son secours. Pourtant dans l’obscurité d’une ruelle, sa présence s’est révélée décisive.

Alexandre doit se rendre à l’évidence. Rien n’est normal dans cette histoire.

Manon acceptera-t-elle qu’il entre par effraction dans son univers ?

Deux destins liés malgré les apparences…

noir-couleur1.jpg

Mon avis. Une lecture sans temps mort…

Le point de départ du récit est classique : deux adolescents que tout oppose vont se rapprocher (in)sensiblement même si c’est pour de mauvaises raisons ; en revanche, les facultés de la jeune fille sont pour le moins originales…

Manon est une des meilleures de sa classe, soucieuse d’obtenir de très bons résultats et peu préoccupée, dans l’absolu, par les garçons. Signe distinctif : elle appartient à une famille de Mages qui « œuvrent » par l’intermédiaire des Couleurs, celles du Spectre : Rouge, Orange, Jaune, Vert, Bleu, Indigo, Violet. Chacune d’entre elles lui permet d’accomplir certaines prouesses (!).

Lui est le « beau gosse » de service, baraqué et néanmoins souffre-douleur de son « paternel » (titre oh combien usurpé) ; peu intéressé (c’est le moins que l’on puisse dire) par le travail scolaire, il s’adonne à la boxe… sur un ring, tout comme dans la vie.

C’est suite à un pari stupide qu’Alexandre décide de jeter son dévolu sur Manon : on imagine aisément que s’il avait su dans quel pétrin il allait se fourrer, il se serait abstenu. Peut-être. Allez savoir : il est tellement »tiestu ».

Des liens se nouent, presque malgré eux, entre les deux jeunes gens. Pas facile quand il faut redouter des « ombres » bien décidées à s’emparer de Manon. Pas facile non plus quand elle n’est pas censée dévoiler quoi que ce soit de « son monde » au jeune homme ; ses (puissants) parents sont là pour y veiller…

Le récit alterne les points de vue des deux héros, ce qui permet de s’immiscer tantôt dans la pensée de l’un, tantôt dans celle de l’autre : Alexandre raconte les événements au présent tandis que Manon les évoque dans le registre plus traditionnel du passé simple.

 

Merci à Book en Stock qui m’a permis de découvrir, et ce roman, et l’auteur par la même occasion ; voici un titre que je rajouterai l’année scolaire prochaine sur la liste des lectures « proposées » à mes élèves. Pour ma part, je lirai très volontiers la suite.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Noir est ma Couleur, 1 : Le pari, Olivier Gay »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s