Les anges de New York, R. J. Ellory

Présentation de l’éditeur. Malgré l’avis de sa hiérarchie, Frank Parrish, inspecteur au NYPD, s’entête à enquêter sur le meurtre d’une adolescente, victime, pense-t-il, d’un tueur en série. Contraint de consulter une psychothérapeute après la mort de son partenaire, Frank va lui livrer l’histoire de son père, figure éminente des Anges de New York, ces flics d’élite qui, dans les années 1980, ont nettoyé Manhattan de la pègre et des gangs. Une histoire bien différente de la légende communément admise.

À travers la police de New York, Ellory s’attaque de nouveau à la mythologie américaine. Avec ce récit d’une rare profondeur, il nous offre un thriller au suspense omniprésent et le portrait déchirant d’un homme en quête de justice et de rédemption.

AngesNY

Mon avis. Ce n’est pas encore cette fois-ci que j’aurai été déçue par Ellory…

Plongée dans le NYPD, aux côtés de Frank Parrish, un inspecteur  qui n’a jamais réussi à vivre pour autre chose que son boulot, pas même sa famille. Un être torturé par ses démons : l’alcool et les atrocités auxquelles il doit quotidiennement faire face, repoussant toujours plus loin les limites du supportable ; l’alcool lui permet d’ailleurs d’oublier, l’espace de quelques heures, ces atrocités… quand les cauchemars ne se glissent pas dans ce pseudo-sommeil pâteux.

  « Radick demanda à Parrish s’il voulait qu’il le dépose chez lui.

   « Commissariat, répondit Parrish.

   – Vous êtes en service depuis ce matin, Frank. Vous devriez rentrer chez vous. »

   Parrish sourit.

   « C’est chez moi. » » [p. 92]

  « – Combien avez-vous bu pendant le week-end ?

   – Oh ! je ne sais pas… probablement juste assez pour m’aider à tenir le coup jusqu’à aujourd’hui. » [p. 180]

Parrish est cette fois dans le collimateur de sa hiérarchie suite à une affaire au cours de laquelle son coéquipier a perdu la vie. Aucun faux pas de sa part ne sera désormais plus toléré. En outre, il est contraint de voir tous les jours une psychologue susceptible de lui venir en aide – peut-on aider quelqu’un qui refuse de l’être ? – et celle-ci tient absolument à lui faire évoquer son père, un flic « exemplaire » qui a fait partie de ceux que l’on a appelés les Anges de New York, une figure patriarcale avec/contre/malgré laquelle Frank a dû (tenter de) se construire.

Or, faux pas, il risque bien d’y avoir quand Parrish est confronté à l’assassinat d’une adolescente ; il est bien vite titillé par l’idée, de plus en plus obsédante, que sévit un tueur en série. Accompagné d’un nouveau coéquipier officieusement chargé de tenir à l’œil la brebis galeuse, il se met à la recherche d’autres victimes potentielles dont la mort résulterait du même mode opératoire…

  « Il crut se réveiller vers l’aube, mais ne fit aucun effort pour bouger. Il se tourna sur le côté, enfonça son visage dans un coussin et tenta d’effacer de son esprit l’image du cadavre de Rebecca. » [p. 217]

J’ai aimé l’atmosphère pesante qui imprègne le récit : on attend le « pas de travers » que fera inévitablement Parrish autant qu’on le redoute car, qui qu’il soit devenu pour son entourage, il reste soucieux des victimes, qui « ne sont pas toutes égales ».

J’ai aimé le travail de fourmi du duo essayant de recouper des informations pour le moins disparates.

J’ai aimé les entretiens avec la psy, « voyant » se dessiner devant mes yeux les scènes d’un film dans lequel le visage de la thérapeute resterait constamment dans l’ombre, alors que la caméra ne montrerait d’elle que ses jambes, dans la pénombre.

J’ai aimé le « fin mot » de l’histoire relative aux Anges de New York, même s’il m’est parfois arrivé de me perdre dans les méandres de cette partie de l’intrigue.

Et j’ai aimé l’épilogue….

Traduction : Fabrice Pointeau.

Titre VO : Saints of New York (2012, Sonatine pour l’édition française).

Ce titre entre dans le challenge de La Licorne 5è édition.

Licorne5

Publicités

2 réflexions au sujet de « Les anges de New York, R. J. Ellory »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s