Diskø, Mo Malø

Présentation. Que peut le meilleur des flics quand une enquête en vient à ébranler sa raison ?
Sous la beauté impassible des paysages du Groenland couvent les passions les plus noires.

L’inspecteur danois Qaanaaq Adriensen ne pensait jamais s’habituer aux rudesses du climat groenlandais. Cela fait pourtant sept mois qu’il officie sur la grande île blanche, comme chef de la police locale. En compagnie de son adjoint, l’Inuit Apputiku Kalakek, il trompe son ennui en jouant à la roulette groenlandaise. Jusqu’au jour où, dans la baie touristique de Diskø, un cadavre est retrouvé, figé dans la glace d’un iceberg.

La victime n’est pas tombée : elle a été piégée vivante. Qui pouvait concevoir une haine assez puissante pour lui infliger une fin aussi cruelle ?

Au milieu des icebergs à la dérive, Qaanaaq, flic cabossé, tente de garder le cap. Mais il est bientôt rattrapé par un deuxième meurtre, qui le touche en plein cœur – et menace de faire vaciller sa propre raison.

Ebook: Disko, Mo malo, La Martinière, Fiction, 2960154859269 -  Leslibraires.fr

Mon avis. Ravie de retrouver Qaanaaq.

L’inspecteur découvert dans le roman précédent, qui porte son prénom, est resté au Groenland où il est maintenant chef de la police. Bien évidemment, les « affaires » ne sont pas aussi nombreuses qu’à Copenhague, il faut donc tuer le temps comme l’on peut : après s’être centré sur la victime qui perd la vie d’une cruelle manière, le récit s’ouvre sur « notre » Qaanaaq, en train de jouer à une partie de « roulette groenlandaise », nettement moins dangereuse heureusement que son homologue russe…

« Il fixe sa mort bien en face, droit dans les yeux. Elle est blanche, lisse et impassible. Elle n’a pas de nom ; elle n’a que cette insondable densité qui l’enserre de toutes parts. Il pourra crier autant qu’il le veut, il l’a déjà compris : tout glissera sur elle. Sourde et muette. La mort telle qu’elle se présente à lui est un bloc compact et sans âme.

Une masse immense qui l’engloutit. » [p. 13]

« Quelque chose allait exploser. Ils ne savaient pas encore quoi, mais quelque chose allait péter, c’était leur seule certitude. » [p. 27]

Une enquête hors normes (mais y a-t-il des normes au Groenland ?) pour l’inspecteur et ses hommes, une enquête qui « piétine » dans cette immensité glacée avec, en point de mire, des « personnages » particuliers : les icebergs, mères ou filles – les secondes vêlées (le terme propre) par un bloc mère – et leurs crevasses, fissures, moulins…

C’est dans une « fille récemment vêlée » – en témoigne la translucidité du bloc en question, un iceberg tombant dans l’eau de mer s’opacifie à cause du sel – qu’a été aperçu « le visage d’un homme, ses yeux bleus grands ouverts, comme momifié dans la masse d’un énorme bloc de glace. D’après Kiminsen, c’est le corps tout entier de la victime qui s’était retrouvé captif d’un iceberg vêlé le matin même en baie de Diskø. » [p. 35]

Davantage encore que lors de l’enquête précédente, c’est un Qaanaaq « déboussolé » qui sera personnellement concerné par les drames survenus en ces lieux qu’il a appris à aimer.

« Malgré les mois de présence dans sa nouvelle patrie, Qaanaaq n’avait pas épuisé sa faculté d’émerveillement. En d’autres circonstances, il se serait certainement extasié une fois encore face à ce fabuleux spectacle de gigantisme. Il aurait scruté l’apparente uniformité à la recherche des infinies variations de la nature. Nuna, la terre, dans toute sa force et sa résilience. Car ici, au sud surtout en été, le panorama n’avait rien d’une partition répétitive. Là, on devinait le creux d’une combe à neige, hérissée de ses saules herbacés. Ailleurs s’ouvrait une petite vallée protégée des coulées de glace, où se dressaient quelques bosquets de bouleaux. Plus loin encore, un lac déchirait le paysage d sa fracture bleutée, des tapis de fleurs mouchetant ses berges. » [p. 161]

J’ai de nouveau passé un bon moment de lecture, même si certaines questions sont demeurées « en suspens ». Je lirai bien évidemment le tome 3.

Ce titre entre dans le Challenge « Un genre par mois », proposé par Iluze (policier, polar, thriller en octobre).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Un-genre-par-mois-2021.png

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s