Deep Water, Sarah Epstein

Présentation.

AVANT LA TEMPÊTE

Sept amis. Mason, Chloé, Henry, Tom, Raf, Rina et Sabeen se sont trouvés. Ils se savent liés à jamais et ne se cachent rien. Leurs vies ne sont pas toujours faciles mais ils restent ensemble, malgré les épreuves. Lorsqu’une nuit, l’orage éclate.

MAINTENANT

Henry a disparu. Fugue ? Enlèvement ? Meurtre ? Tout le monde le cherche, tout le monde se méfie, tout le monde est suspect. Chacun a des secrets à protéger. Coûte que coûte..

Que s’est-il passé la nuit de la tempête ?

Mon avis. Une atmosphère pesante qui ferre le lecteur et ne le lâche plus…

La disparition du jeune Henry est au cœur du récit et cristallise l’attention de ses amis, et principalement Chloé, de retour dans les Shallows pour passer du temps avec son père durant les vacances.

« En Australie, quand une personne n’est pas retrouvée après plus de trois mois, on parle de disparition de longue durée. Henry a disparu depuis deux mois et trente jours.

Demain, il entrera dans cette catégorie.

Et vendredi prochain, il aura quatorze ans. » [p. 8]

Le groupe d’amis a fait tout son possible pour trouver des indices susceptibles de retrouver la piste de l’adolescent. En vain. Pourtant, Chloé est fermement décidée à ne pas renoncer, quoi que lui répètent ses proches.

Il est vrai qu’elle entretenait une relation privilégiée avec Henry, malgré leur différence d’âge ; elle est en outre passionnée par les enquêtes policières et, « cerise sur le gâteau », elle est extrêmement têtue. Extrêmement agaçante de ténacité même. Elle fonce sans tenir compte des conséquences…

Le récit alterne les chapitres relatifs à l’époque qui précède la disparition, en une espèce de compte à rebours, et ceux intitulés « Maintenant ». En outre, les points de vue envisagés concernent Chloé bien sûr, mais aussi Mason, le frère d’Henry, qui semble avoir bien des choses à cacher, et Henry lui-même.

La tension va crescendo jusqu’au dénouement…

« Pourquoi quelqu’un ferait une chose pareille ? Pourquoi mentir ainsi ?

Pourquoi les gens mentent, en général ?

Pour cacher la vérité. » [p. 121]

Traduction (anglais, Australie) : Anath Riveline.

Titre VO (2020) : DeepWater.

Une réflexion au sujet de « Deep Water, Sarah Epstein »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s