D’ici là, porte-toi bien, Carène Ponte

Présentation de l’éditeur. Avec son sable fin et son ciel azur, l’Avenue du Parc Resort and Spa est l’endroit idéal pour se remettre d’un coup dur. À condition de donner sa chance à la chance.
Alors que Samya tente de pardonner l’adultère de son mari, Alison aimerait oublier qu’elle s’est fait plaquer au pied de l’autel. Jessie s’est excusée mille fois pour le chat et le lave-linge, mais Jérémy est à bout : une pause s’impose. Apolline rêve d’un enfant qui ne vient pas. Quant à Mia, dix-neuf ans et déjà maman, elle se voit rejetée par sa famille. Geneviève, elle, perd peu à peu la mémoire.

Ensemble, elle vont libérer leurs émotions et s’apporter un soutien inattendu.
Avec au bout du chemin, un gain inestimable : l’espoir.

Couverture D'ici là, porte-toi bien

Mon avis. Une lecture bien agréable, même si je reste quelque peu sur ma faim…

Nous découvrons des personnages (principalement féminins) qui, pour diverses raisons, se retrouvent à « L’Avenue du Parc Resort and Spa on the Beach », un lieu idyllique, pour se ressourcer/(tenter de) surmonter un coup dur/faire le point/profiter de la vie/se (re)découvrir. Une parenthèse qui permettra aux uns et aux autres de (re)démarrer du « bon » pied.

J’ai passé un bon moment en compagnie de ces dames – puisque ce sont principalement elles qui occupent le devant de la scène – et c’est vers le « couple amical » Alison/Jessie que mon cœur m’a portée. Geneviève est également extrêmement touchante.

Je suis cependant restée sur ma faim : l’évolution des situations est extrêmement rapide – c’est logique puisqu’elle cadre avec la durée du séjour – ; en outre, le nombre de personnages empêche de véritablement développer chacun d’entre eux. J’aurais pourtant volontiers fait un bout de chemin plus long aux côtés de certaines…

   « -Je suis vraiment désolée pour ton mariage…

   – Moi aussi. Allez, quitte à être ici, autant en profiter et ne pas se morfondre. Ce sera suffisamment le cas quand il faudra que je rentre. Puisque toi et moi, on est coincées ici, je te propose de joindre nos deux solitudes pour les sept jours à venir. » [p. 57]

Merci aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat.

Parution : le 6 juin 2019.

3 réflexions au sujet de « D’ici là, porte-toi bien, Carène Ponte »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s